Les compétences-clés en 3 catégories

8

8 décembre 2012 par audece

« Seul, on va plus vite; ensemble, on va plus loin » est un proverbe que j’aime bien; mais il arrive parfois que l’on aille plus vite ensemble.
J’aime discuter avec Anna, elle a un talent pour reformuler mes propos embrumés et m’éclaircir la voie en deux phrases.
Ce soir, nous avons eu une conversation informelle et nous avons réfléchi ensemble. Ce n’était pas prévu, je devais juste lui expliquer rapidement les bases de fonctionnement du Trello, notre gestionnaire de tâches collaboratif.
Nous avons discuté de la démarche de capitalisation des participants #ITyPA, de l’après-mooc, de la notion de communauté et aussi commencé un bilan.

Anna : « Alors, et toi? Ton bilan? »
Ceux qui m’ont posé la question de mes objectifs d’apprentissage connaissent mon invariable réponse : je n’en ai pas. 😀 Alors un bilan…
Pour ma participation à ce mooc, ma démarche a été expérimentale. Prendre au mot l’immersion, être son propre guide au gré de son envie et du plaisir éprouvé, ne pas se limiter, cultiver créativité et capacité d’émerveillement, créer des connexions.
Hier, une personne a perlé la page Bienvenue dans mon labo! de mon blog; cela m’a permis de la relire. Finalement, ma démarche était claire puisque je l’énonçais dès le départ.

Anna : « T’as lu les ressources de la semaine?
Moi (éclat de rires) : Tu crois que j’ai que ça à faire? »
Pour avoir enrichi le GoogleDoc partagé avec d’autres ITyPiens, Anna sait que j’ai peu lu les ressources. Je les survolais la plupart du temps. J’avais pour cela deux arguments: pour l’instant, je fais, je réfléchirai à pourquoi et comment je le fais après le MOOC; je sais où retrouver ces ressources et reviendrai plus tard sur les notions que je veux approfondir.
Cette fois-ci, elle m’a un peu poussée.
« Pourtant, c’est ton thème, ça, l’Apprentissage tout au long de la vie. »                           Elle a ouvert la page du site #ItyPA sur son ordinateur et nous avons commencer à la parcourir ensemble .

« Regarde ça, les compétences- clés, page 7. »
Elle parle du document « La définition et la sélection des compétences-clés « , un programme de l’OCDE.

« Le programme DeSeCo de l’OCDE a été mis en œuvre dans le but de réunir un large éventail d’experts et d’intervenants pour procéder à l’identification commune et cohérente des compétences clés requises dans le monde moderne. Il est associé à deux grandes enquêtes internationales, PISA et ALL. »

Elle m’énonce ces trois compétences-clés en me disant en quoi cela correspondait avec mon expérience. Alors que je n’aurais peut-être même pas ouvert cette ressource, j’en ai poursuivi la lecture après notre conversation et j’en ai tiré les éléments suivants.

3 catégories de compétences

1/ Agir avec des outils de manière interactive
2/ Interagir avec des groupes hétérogènes
3/ Agir de façon autonome

1- Se servir d’outils de manière interactive
  • A. Utiliser le langage, les symboles et les textes de manière interactive

Compétence associée aux compétences de « communication » ou à la « littératie ».

  • B. Utiliser le savoir et l’information de manière interactive

Renvoie à la capacité à réfléchir de manière critique à la nature de l’infor- mation

  • C. Utiliser les technologies de manière interactive

Peuvent modifier radicalement la façon dont les individus travaillent ensemble (en réduisant l’importance du lieu où ils se trouvent), accèdent à l’information (en rendant instantanément disponibles de grandes quantités d’informations) et entrent en interaction avec autrui (en facilitant la mise en réseau et l’établissement de relations dans le monde entier)

2- Interagir dans des groupes hétérogènes

Les compétences clés qui relèvent de cette catégorie sont indispensables pour apprendre, vivre et travailler avec les autres.

Elles présentent de nombreux points communs avec ce que l’on appelle les compétences « sociales », « interculturelles » ou encore « relationnelles».

  • A. Établir de bonnes relations avec autrui

Avoir de l’empathie, c’est-à-dire être capable de s’identifier à quelqu’un d’autre et de se représenter la situation de son point de vue.
Pouvoir gérer ses émotions, c’est-à-dire être conscient de soi et être capable d’interpréter ses émotions et ses motivations sous-jacentes ainsi que celles des autres.

  • B. Coopérer, travailler en équipe

Être capable de concilier engagement en faveur du groupe et de ses objectifs et leurs propres priorités, de partager le leadership et d’apporter un soutien aux autres.

  • C. Gérer et résoudre les conflits

Pour appréhender le conflit d’une manière constructive, il est impératif d’admettre qu’il existe et qu’il faut s’y attaquer au lieu de chercher à le nier. Le processus de résolution du conflit passe par la prise en considération des besoins et des intérêts des uns et des autres et par la recherche de solutions favorables à toutes les parties.

3- Agir de façon autonome
  • A. Agir dans le contexte global

capacité des individus à comprendre que leurs actes et leurs décisions s’inscrivent dans un contexte plus vaste et d’en tenir compte.

  • B. Élaborer et réaliser des projets de vie et des programmes personnels

Il s’agit d’appliquer le concept de gestion de projets aux individus, qui doivent être capables d’in- terpréter leur existence sous la forme d’un récit structuré et de lui donner un sens dans un envi- ronnement en constante évolution, où la vie est souvent compartimentée.

  • C. Défendre et affirmer ses droits, ses intérêts, ses limites et ses besoins

Cette compétence renvoie aux droits et besoins de l’individu, d’une part en tant que personne et, d’autre part, en tant que membre de la collectivité. »

Publicités

8 réflexions sur “Les compétences-clés en 3 catégories

  1. Armand Stroh dit :

    Au sujet des compétences-clé comme celles de l’ OCDE ou celles des différents systèmes éducatifs qui se sont appuyé sur une démarche « par compétences » similaire ( Cf Socle Commun en France ) , on n’ avance pas d’un pouce si on ne précise pas , dans la définition même des compétences envisagées, si leur VALEUR supposée est due à leur RARETÉ, ou si réellement elles sont GÉNÉRALISABLES au plus grand nombre, voire « universalisables », sans que cette VALEUR diminue.
    Exemple : Un certain degré de « maîtrise des outils Web 2.0. » vaut-il ( Où ? Pour Qui ? sur le « marché » ? lequel ? ) parce que seul certains le possèdent actuellement et peuvent ainsi « valoriser » cette « COMPETENCE COMPÉTITIVE » ?
    Ou bien : pouvons-nous et voulons-nous imaginer des « compétences » qui permettent à chaque personne humaine de les maîtriser sans créer un « avantage compétitif » des uns contre les autres, mais au contraire de permettre à tous , A EGALITE, de construire plus d’ EGALE LIBERTE par rapport au réel ( COMPETENCES COOPERATIVES UNIVERSALISABLES ) ?

    Tant que les référentiels de « compétences-clés » ne distingueront pas explicitement ces deux sortes de compétences, elles risquent fort de participer à la confusion générale des esprits et du « toujours plus vite » pour faire courir tout le monde au service d’un petit nombre d’ « ultra-riches » qui s’en foutent bien d’avoir eux, ces « compétences », puisque la seule compétence qui les intéresse, c’est de maintenir et d’ amplifier leur profits … en utilisant au moindre coût pour eux, la « compétence » de tous les autres .

    J'aime

  2. […] Cet article fait suite à un commentaire que j’ ai posté concernant l’ article d’ « Audece » sur son blog ( Compétences-Clés en 3 catégories ). […]

    J'aime

  3. Éric Sinet dit :

    @ audece, bon Ben je vais aller faire mes devoirs mais je crois que je vais commencer par commenter le blog de dalila.

    J'aime

  4. Éric Sinet dit :

    Juste avant, le commentaire d’Armand me rappelle une réponse que j’aurais voulu proposer à Christine Vaufrey lors de la synchro :  » qu’est-ce qui pousse les gens à la rapidité sur les réseaux sociaux ?  » ( en gros)
    La compétition ! Être le premier à publier, à re-tweeter, avoir la meilleure « influence » (e-reconnaissance ?), etc.
    Je retourne sur le blog de dalila.

    J'aime

    • lau972 dit :

      Peut-être pas que la compétition, mais c’est certainement un « facteur-clé »… qu’on le veuille ou non !
      Ah oui, le bilan… J’espère avoir le temps – je vais vous lire d’abord, apprendre encore un peu avec vous tous est important ! -et merci Audece pour ce billet.

      J'aime

  5. […] « Seul, on va plus vite; ensemble, on va plus loin » est un proverbe que j’aime bien; mais il arrive parfois …  […]

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

linumer

Livres, numérique et mer

Stéphane ARNIER, auteur

Une page, des feuilles, du café

Les enquêtes philo

Un carnet de dialogue philosophique

Le blog de la Formation professionnelle et continue

Actualité de la formation professionnelle, cpf, dif, pédagogie, réforme de la formation professionnelle

Time to Learn

Apprendre à apprendre

Archives masala

Culture numérique bien épicée

Manon Silvant

Keep MOOCing Forward

%d blogueurs aiment cette page :