Manifeste sur les réseaux sociaux.

5

4 décembre 2012 par audece

Un MoocKitos sans blog, @vdatin, m’a demandé si je voulais bien héberger son billet : voici donc le premier article invité de mon blog :

"J’ai longtemps boudé les réseaux sociaux pour des raisons d’éthique et de contenu. Ethique, parce que ma conception des rapports humains s’accorde mal avec les échanges virtuels… Le contenu, simplement parce que l’avènement du web est une formidable occasion de cheminer vers l’intelligence collective, mais la nature humaine fait que ces échanges sont parfois d’une grande médiocrité. La création de plusieurs blogs et l’inévitable nécessité de créer du trafic m’ont conduit à revoir ma position sur deux réseaux sociaux : Facebook et Twitter.

Trois années d’expériences comblées d’échecs, de réussites, de phénomènes inexpliqués, d’initiatives personnelles à contre-courant… Bref, de quoi faire rire ou pleurer toute une communauté de community-managers.

Facebook, mon meilleur ennemi
Soyons clair… il est impensable de passer plusieurs heures par semaine sur le web sans être tenté au moins une fois par l’expérience Facebook. Insatiable curieux, je crée donc mon premier profil sous mon nom propre, invite rapidement mes «vrais» amis présents sur ce média (une douzaine sur toute la France) et patiente… Je ne tarde pas à découvrir que mon meilleur ami est surtout Facebook, vu le nombre des notifications qu’il m’envoie et que mes amis préfèrent en fait le téléphone. Irrité par les nombreux mails de Facebook, je redirige mon adresse mail de contact vers un dossier spam. Mon profil Facebook sombre alors dans l’oubli.

Quelques mois plus tard, je décide pourtant d’utiliser à nouveau Facebook pour me constituer un réseau professionnel. Facebook m’encourage dans mes démarches en me proposant des listes d’amis que je ne connais pas, mais dont la carte de visite est prometteuse. Très vite, malgré mes grands principes, je suis envouté par cette frénésie de l’amitié, et me retrouve au cœur d’une communauté de 500 illustres inconnus. Le constat est amer, les échanges sont d’une platitude sans fin et mes connexions, de plus en plus rares. Je supprime alors définitivement mon compte.

Convaincu que « Fesse de bouc » est une vaste fumisterie, je décide alors d’exploiter la bêtise du réseau pour en faire un terrain de jeu. Je crée alors différents profils avec des adresses gmail et des pseudo complètement farfelus : Yves Héron, Robert Passicon, Ella Danlos… 9 au total et un storytelling différent à chaque fois… Surprise, mes demandes de contacts aboutissent. En quelques semaines, avec un subtil jeu d’invitation, de transfert d’un profil à l’autre, je contourne les règles et quotas de Facebook et obtient facilement un fichier plus ou moins qualifié de plus de 3500 personnes. Lassé par ce jeu de rôle, je supprime également l’ensemble des comptes et fichiers avant de finir schizophrène.

Aujourd’hui, j’ai finalement trouvé un intérêt à Facebook. Mon profil est de nouveau à mon nom et mes pages personnelles sont alimentées automatiquement par les articles de Scoop-it. Facebook est devenue surtout une plateforme de transit, et grâce à une production de qualité dont je ne suis pas l’auteur et une infobésité maîtrisée, j’ai pu nouer des contacts pertinents et accéder à des communautés privées sur Facebook qui m’apportent une réelle satisfaction dans ma quête d’échanges et d’opportunités…

Twitter, communiquer n’est pas jouer
En voilà un autre que j’ai longtemps méprisé avant d’en comprendre les subtilités. 140 caractères pour s’exprimer… Est-ce vraiment un outil de communication? Avec un tweet d’environ 20 à 30 caractères, on peut très vite envoyer, recevoir 3 ou 4 messages/minute. A deux, avec des commentaires laconiques, on n’est donc plus très loin du débit d’une conversation « réelle ». A partir de trois, l’outil montre par contre clairement ces limites. Le principal intérêt de Twitter réside dans le hashtag # suivi d’un mot-clé. On peut bien sûr faire une veille sur une thématique, (#ITyPA, #cooperation28), la diffuser via un fil commun sur un blog ou une autre plateforme. Rien d’extraordinaire donc, Twitter dépasse cependant tous les autres outils dans la gestion d’un évènementiel. Dans le cadre d’une conférence, salon, séminaire, on peut couvrir l’évènement en temps réel (live-tweet), retweeté vers d’autres communautés pour atteindre une viralité maximum… A noter que pour avoir une restitution claire d’une conférence, il faut une bonne équipe de twittos bien coordonnée pour solutionner la problématique d’une prise de notes collaboratives. Idéalement, on peut afficher le fil twitter sur un écran et enrichir ainsi les interactions entre participants. Le couplage avec des flux vidéos mais cela demande un dispositif avec des applications tierces.

Initialement, Twitter devait remplacer les flux RSS. Suivre l’auteur d’un blog via Twitter, offre la possibilité de bénéficier de sa veille perso, contrairement à un fil RSS. L’opération est d’autant plus intéressante si on suit un blogueur influent ou un expert dans son domaine de veille. Néanmoins, le rythme de publication soutenue de Twitter conduit plus souvent à l’infobésité. Personnellement, si je suis plus de 500 flux RSS, je ne m’imagine pas suivre 500 comptes Twitter sans « polluer » mon compte. J’applique donc des règles drastiques, et ne suit aucune personne dont le nombre d’abonnement est supérieur aux nombres d’abonnés. Je reste dans la mesure du possible dans une fourchette de ratios de 1 abonnement pour 3, voir 5 abonnés. Je suis systématiquement toute personne qui s’inscrit à mon flux. J’effectue le ménage une fois par semaine et élimine systématiquement les personnes qui ne réunissent plus la 1ere condition. J’effectue également un tri sur le contenu. Je prends les tweets de la semaine et élimine également tous les comptes dont les 2/3 des discussions ne correspondent pas à ma veille thématique. Par défaut, un compte qui passe son temps à remercier ces followers pour les RT a toutes les chances d’être supprimé.

Ces régles de «ouf» sont évidemment très personnelles, mais elles me permettent d’avoir en permanence un contenu pertinent dans mon flux. Certaines personnes m’ont parfois reproché cette épuration «technique». Ma réponse est toujours la même : un follower n’est pas un ami. J’ai fait une petite entorse à ces règles pour ITyPA, une petite faiblesse j’avoue… 2013 sera le retour de la rigueur, vous êtes prévenus. Reste une alternative, les personnes pour qui j’ai des affinités échappent à ce diktat ;-)" @vdatin

About these ads

5 réflexions sur “Manifeste sur les réseaux sociaux.

  1. [...] Un MoocKitos sans blog, @vdatin, m’a demandé si je voulais bien héberger son billet : voici donc le premier article …  [...]

  2. [...] Un MoocKitos sans blog, @vdatin, m’a demandé si je voulais bien héberger son billet : voici donc le premier article …  [...]

  3. Éric Sinet dit :

    @vincent
    C’est sans doute un peu réducteur mais je vais retenir une chose … qui sans doute mériterais un article, mais je ne trouve pas le temps !
    Y’a pas d’ami sur Twitter !
    C’est une révélation alors que je n’arrive pas à accrocher avec Facebook … et que je me mets petit à petit à Twitter.
    Je vais me faire une petite note sur springpad pour réfléchir à l’amitié numérique. (J’ai déjà une piste avec Milad douehi et l’humanisme numérique)

  4. datinvincent dit :

    Un follower n’est pas un ami, je récidive… mais l’inverse est possible, je viens de sortir de ma liste de followers des gens que j’apprécie mais dont les échanges sont trop personnels. Initialement l’article était beaucoup plus long et plus acide et le titre plus évocateur "Petits partages entre amis"… j’ai pas osé le proposer comme "article invité"

  5. lbatteur dit :

    J’avoue aussi avoir mis du temps à comprendre l’intérêt de Twitter, mais aujourd’hui je m’en sers aussi comme archive, en créant des hashtag spéciaux à donner aux recruteurs pour qu’ils puissent voir le contenu de mes cours ou de mes stages !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et recevoir des notifications de nouveaux articles par mail.

Joignez-vous à 238 followers

Ma onzième année et les suivantes...

Au fil des années scolaires en lycée professionnel : les usages des outils Web 2.0 en classe : Twitter, Tumblr...

la soif d'apprendre

because when you'll learn you know what makes the world turn

Morgan Magnin

Associate professor - Bioinformatics - Centrale Nantes & IRCCyN

Formation 3.0

Formation 3.0 est un blog dédié à la formation, à l'éducation, à l'emploi des nouvelles technologies dans l'enseignement et à la pensée visuelle.

s2anoil

#ITyPA #MoocGdP #CLOM_REL

Didactique professionnelle

Un cours n'est pas conçu pour celui qui enseigne, mais pour celui qui apprend!

moocdedjami

my first blog

moocmooc

Partage de projets

Le blog d'Ayyahh

Gaou ici, là bas, partout ...

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Joignez-vous à 238 followers

%d bloggers like this: